Comment définir votre solution automatique ?

Analyse du process

Analyse du process

La première étape est d'analyser la pièce à peindre.
Selon sa forme, les surfaces à revêtir, il y aura une incidence sur la gestion de mouvements et sur le nombre de pulvérisateurs à mettre en oeuvre.
L'accrochage des pièces et le flux de production sont également des paramètres à prendre en compte.

 

Les pièces sont-elles identiques et toujours placées de la même façon ?
Oui => une solution automatique est possible
Non => je dois étudier comment gérer le positionnement des pièces de façon simple (modification du système d'accrochage) ou choisir de passer par la détection des pièces (position et formes via un scan 3D)

 

Y'a t'il une gestion de mouvement (par convoyeur) ou se trouve t'on dans une position fixe?
S'il y a un mouvement (par convoyeur), je peux l'utiliser en l'associant à un balayage perpendiculaire à la direction du convoyeur.

 

La taille des pièces varie-t'elle ?
Je pourrais avoir besoin d'ajouter un autre mouvement pour adapter la distance de pulvérisation au gabarit des pièces (axe "avance/recul"?) 

 

Quelle est la cadence ?
Cette information me donnera le temps du process peinture (ex: 2m de distance avec une vitesse de convoyeur à  4m/min indique un temps de 30 secondes de pulvérisation maximum)

 

Combien de temps est-il nécessaire pour peindre une pièce ?
Considérez d'abord la surface (m²), l'épaisseur à déposer (µm) et calculez ensuite le volume total à appliquer (cc).
Selon le temps de traitement de surface disponible, le volume vous indiquera le nombre de pulvérisateurs à considérer en fonction du débit de peinture recommandé en cc/min.

Les pièces plates peuvent être peintes grâce à deux types de mouvement (convoyeur et balayage du réciprocateur).)
S'il faut peindre les 2 faces d'une pièce, l'ajout d'une rotation de 180° est possible. Ainsi, la face 1 sera peinte avec une première série de pulvérisateurs, la seconde face avec une autre série de pulvérisateurs.  

image

Pour les pièces plus difficiles à peindre, le process est pensé différemment. La hauteur de la pièce donnera la course maximale de mouvement "va-et-vient" ; la largeur de la pièce donnera la distance de balayage du second axe. La vitesse de la ligne peut nécessiter l'ajout d'un axe de suivi afin d'achever le processus de traitement de surface.

image
Concept automatique optimal

Concept automatique optimal

L'analyse la plus économique est d'ajuster le nombre d'axes à la typologie de la pièce. 80% de la surface d'une pièce peut être recouverte grâce à un nombre limité d'axe (1 ou 2), le restant de la surface pouvant être traité manuellement ou en robotique pour supprimer les troubles musculo-squelettiques. L'évolution vers un process entièrement robotisé est possible à tout moment.

Par exemple : pour des pièces avec une forme tridimensionnelle, voici comment il est possible de gérer la mise en peinture. 1 côté des pièces est peint grâce à une seule mécanique sur laquelle sont positionnés 2 pulvérisateurs sur un support de 2m. Le premier pulvérisateur recouvre la face avant ; puis le convoyeur - sur lequel les pièces sont accrochées - effectue une rotation à 180°, le deuxième pulvérisateur peut alors recouvrir la face arrière des pièces. Enfin, un robot 6 axes peut achever le traitement de surface par un travail de retouche.

Le process peinture

Le process peinture

Considérez la peinture et la qualité de recouvrement sur la pièce.
La peinture et son application peuvent être recommandée par le fabricant des pièces ou le fabricant de peinture.
Si la qualité de finition doit être irréprochable, nous recommandons d'opter pour un traitement avec nos pulvérisateurs AIRSPRAY ou Bol ELECTROSTATIQUE
Pour une productivité importante avec une bonne qualité de finition, c'est l'AIRMIX qui est conseillé
Pour une productivité maximale avec une dépose d'épaisseur importante (>50µm par couche) avec un critère de qualité de fintion peut élévé, nous recommandons la gamme AIRLESS® .

 

Pour plus de renseignements, se reporter au tableau ci-contre.

 

 

La pulvérisation électrostatique est-elle possible ?

La pulvérisation électrostatique est-elle possible ?

Vérifiez la résistivité de la peinture avec votre équipement AP1000.
Si celle-ci est supérieure à 5MOhm/cm, la pulvérisation électrostatique est possible.
Si elle est inférieure à 5MOhm/cm ou seulement conductrice, la pulvérisation en électrostatique est possible mais des équipements spécifiques et des précautions doivent être pris.

Choisir l'antenne peinture électrostatique adaptée

Choisir l'antenne peinture électrostatique adaptée

Antenne A : Peinture solvantée haute résistivité  (> 10MOhm.cm) avec charge interne

Antenne B : Peinture solvantée basse résistivité  (> 5MOhm.cm) avec charge interne

Antenne C : Peinture hydrosoluble avec charge interne

Antenne D : Peinture hydrosoluble avec charge externe

Conception de l'antenne peinture en détail

Conception de l'antenne peinture en détail

A l'aide des configurateurs SAMES KREMLIN, entrez vos données et concevez votre antenne peinture avec
- le type de pulvérisateurs
- leur nombre
- les paramètres d'application

Faire évoluer avec succès son installation manuelle vers une ligne automatique

Faire évoluer avec succès son installation manuelle vers une ligne automatique

Transformer sa ligne manuelle existante en une installation automatique est le moyen d'être encore plus compétitif, en terme de :
- productivité (augmentation)
- rationnalisation de coûts (réduction des coûts unitaires)
- qualité (améloration grâce à la répétabilité)

Investir dans une nouvelle ligne de traitement de surface ou une nouvelle usine sont aussi les solutions pour améliorer davantage sa profitabilité.